Mettez les formes pour vos messages publicitaires!



Guidage vocal

Mettez les formes pour vos messages publicitaires! 6 conseils pour la conception

C’est la première impression qui compte, pour les messages publicitaires aussi. En faisant travailler pour vous typographie, images, couleurs et style, vous marquez des points. Avec ces règles d’or et ces conseils, vos contenus recevront l’attention qu’ils méritent, garanti.

Image: Twenty20

1. Laissez la typographie travailler pour vous.

Le choix de caractères adéquats peut rehausser vos messages et attirer l’attention. Pour y parvenir, il faut que la typographie corresponde au contenu, à votre société et au message. Quelle écriture est la plus adaptée? Voici quelques astuces qui vous aideront dans vos choix.

Les caractères de type «Garaldes», tels la Times, sont élégants; ils sont souvent privilégiés par des entreprises traditionnelles. Ces caractères sont faciles à lire; ils sont indiqués pour des blocs de texte.

Les typographies dites grotesques ou linéales, comme l’Arial, n’ont pas d’empattement et sont adaptées à un environnement technique et actuel. Les entreprises jeunes et modernes y recourent souvent. N’utilisez cependant que deux à trois polices au maximum pour éviter de rendre votre message confus.

Notre astuce: à l’ère de WhatsApp et de l’e-mail, une lettre manuscrite a quelque chose de très particulier. Réservez-la à des groupes cibles particuliers pour des occasions spéciales; cela vous garantira un taux de réponse élevé.

2. Prenez du temps pour chercher des images.

Notre cerveau traite les images 60 000 fois plus vite que les mots. Des documents illustrés apportent davantage de compréhension et de crédibilité. Ils suscitent des émotions et sont plus facilement commentés et partagés sur les réseaux sociaux que de simples textes. L’effet dépend évidemment du choix de l’image, qui doit correspondre de marque, illustrer le message, concorder avec le titre et être adapté au média

Où trouver de telles illustrations lorsque l’on ne souhaite pas engager un photographe pour l’occasion? On peut en acheter sur des banques d’images, p. ex. Fotolia, Shutterstock ou Getty, ou en obtenir gratuitement sur des sites comme 500px, pixelio.de ou flickr. Attention: le risque est grand de retrouver le même sujet dans des newsletters, des blogs et des réseaux sociaux. Pour faire la différence, sortez des sentiers battus. Une recherche thématique d’images sur Google vous montrera quels sujets sont déjà trop souvent montrés, et donc à éviter.

Image: Twenty20

3. Ayez recours à la psychologie des couleurs.

Que ce soit pour envoyer un mailing, réaliser une annonce ou créer un logo, la question de la couleur est incontournable. Il est certain que plus elle est marquante, plus le produit se distingue.

Les couleurs produisent cependant des effets très différents les uns des autres. Le rouge signifie attention. On clique plus souvent sur un bouton rouge que sur un vert, et un prix barré en rouge incite à sauter sur l’occasion. Au contraire, le bleu inspire la sécurité, la loyauté et la confiance. Ce n’est pas par hasard que l’on retrouve cette teinte pour des banques, des assurances, mais aussi des réseaux sociaux comme Facebook. Réfléchissez donc à l’impact de la couleur que vous souhaitez choisir.

4. Accordez de la valeur à la finition.

Après l’impression, place à l’embellissement, qui augmentera l’attention du groupe cible. Une planification et une réalisation précises sont nécessaires, car une erreur à ce stade peut provoquer de gros dommages. Il est important d’y réfléchir dès la création. Des mailings avec un effet pop-up se distinguent par exemple de la publicité habituelle. Des zones à gratter, une encre parfumée ou un échantillon intégré assurent une attention élevée.

Image: Joanna Kosinska

5. Un emballage qui attire l’attention.

Pour les envois publicitaires, c’est aussi la première impression qui compte. Si l’emballage parle au groupe cible, le premier obstacle vers le succès du mailing est passé. Le papier de l’enveloppe doit être solide et rigide pour inviter à la prise en main. L’impact de la qualité du papier est énorme: c’est par la vue et le toucher que le destinataire déduit qu’il a reçu un «simple» mailing de masse, pour lequel les coûts ont été réduits au minimum.

Astuce supplémentaire: pour de petits tirages, choisissez un papier et un format qui sortent de l’ordinaire. Des mailings carrés ou de grandes enveloppes attirent davantage l’attention que des formats standard. Des fenêtres particulières, p. ex. en forme d’œil ou de nuage, attisent la curiosité. Et si l’on y ajoute encore un vrai timbre, l’attrait de l’envoi augmente énormément.

Que voit le client en premier: la facture ou le bulletin de livraison? Glissez-les plutôt dans une enveloppe neutre ou agrémentée d’un «Merci». Il est préférable pour le client de découvrir d’abord un contenu qui l’intéresse et déclenche un sentiment de reconnaissance ou de valeur.

144 conseils pour un meilleur taux de réponse

Alan Rosenspan est l’expert en marketing direct le plus renommé des États-Unis. Dans DirectExpert special, il aborde tous les cas pratiques ou presque en proposant 144 conseils gratuits. Vous en saurez plus sur les facteurs déterminants pour le succès d’un publipostage.

À commander gratuitement maintenant

6. Renoncez aux formules de rhétorique dans vos textes.

Une entreprise qui se veut moderne et tournée vers l’avenir doit user d’un langage contemporain pour être prise en considération. Évitez les formules toutes faites et les phrases inutiles pour mettre l’accent sur votre message publicitaire. Structurez celui-ci: titre, sous-titres, énumérations, paragraphes. Rédigez de manière informative et précise, car les approximations ne sont pas de mise. Dites ainsi: «le lendemain» plutôt que «dans les meilleurs délais», «la rue de la Paix à Lausanne» plutôt qu’«une rue» et «33% des personnes intéressées préconisent…» plutôt que «beaucoup préconisent…».

La rédaction dépend aussi du genre de texte: dans un communiqué de presse, l’essentiel doit être dit en premier. Une lettre publicitaire, au contraire, décrira d’abord la problématique que votre produit peut résoudre. Déroulez le fil rouge de votre argumentaire par rapport aux médias, aux canaux (en ligne et traditionnels) et à vos objectifs.

Et pour finir: si vous ne pouvez plus voir vos images et vos caractères après avoir lu ces conseils, oubliez tout et revenez-y plus tard. Après quelques heures, en étudiant à nouveau astuce par astuce, vous y verrez rapidement plus clair.